Aide à domicile : vitale… mais pas prioritaire

25 Mars 2020

Depuis le début de l’épidémie, les aides à domicile doivent continuer à travailler, faire les courses, ou encore la toilette pour des personnes à risque, âgées ou très handicapées.

On compte près de 35 000 organismes d’aides à la personne, regroupant 1,4 million de salariés et s’adressant à 2,7 millions de personnes, selon des chiffres datant de 2014.

Ces travailleuses ne savent pas si elles sont elles-mêmes porteuses du virus, ce qui peut être fatal pour celles et ceux auprès desquels elle interviennent, et elles prennent elles-mêmes des risques. Or, elles ne disposent souvent d’aucun matériel, pas de masque, et pas même de gel hydroalcoolique. À Rennes, les tenues du personnel d’une association d’aides et de soins à domicile ne sont plus nettoyées, car les navettes avec le service de lingerie ont été supprimées. La direction a donc demandé au personnel de s’en charger, sans aucune compensation financière, ni même de protocole de lavage. De tels exemples sont nombreux.

L’aide à domicile est pourtant vitale pour toutes les personnes âgées ou très handicapées qui ne peuvent se déplacer.

Aline RETESSE