Écoles de Marseille : grève des agents municipaux

19 Décembre 2018

Mardi 18 décembre à midi, plusieurs centaines de parents, accompagnés de leurs enfants, et d’Atsem (Agent territorial spécialisé des écoles maternelles) se sont rassemblés devant la mairie de Marseille pour un pique-nique géant.

De nombreux parents tenaient ainsi à apporter leur soutien aux Atsem qui sont en grève deux heures par jour, au moment des repas, depuis lundi 10 décembre à l’appel de la CGT et de FO. Bien sûr, cette grève complique la vie de beaucoup d’entre eux, qui doivent jongler avec leurs horaires de travail, leurs obligations, pour faire manger les enfants. Mais ils comprennent le ras-le-bol des Atsem, en nombre insuffisant dans les écoles marseillaises.

Alors que la mairie mène une campagne de dénigrement des agents, prétendant que le manque de personnel est dû à leur absentéisme, une mère de famille affirmait : « personne ne fait grève par plaisir, elles sont en sous-effectif ». Des Atsem grévistes expliquaient de leur côté qu’elles étaient « cassées par le port de charges lourdes, par la course quotidienne pour assurer correctement toutes les tâches », comme le nettoyage des locaux, la cantine, ou la présence en classe aux côtés des enseignants.

À raison d’une employée pour 25 enfants en maternelle, et d’une pour 50 enfants en élémentaire, elles en ont assez de se démener du matin au soir pour un salaire de misère. Et elles se sentent d’autant plus légitimes à revendiquer les embauches indispensables, qu’elles connaissent dans leur entourage des chômeurs qui ne demandent qu’à travailler.

En réponse à la surdité et aux mensonges de la mairie, la grève est massivement suivie : lundi 17 décembre, 289 cantines étaient fermées, 87 assuraient un pique-nique, et 67 seulement étaient ouvertes.

Correspondant LO