Financement du RSA : il est où, le “pognon de dingue” ?

25 Juillet 2018

Pour verser cette année les allocations du RSA, le département de l’Ariège doit trouver 35 millions d’euros. L’État, censé couvrir cette dépense à l’euro près, ne lui verse pourtant que 19,4 millions. Cette situation n’est pas propre à l’Ariège et se retrouve peu ou prou dans tous les départements.

Lorsqu’en 2003 l’État a confié aux départements le soin de verser les allocations sociales, et principalement le RSA, il avait promis de compenser cette dépense nouvelle par des versements équivalents. Depuis, chaque gouvernement a consciencieusement rogné sur les dotations aux collectivités locales, alors même que les dépenses d’allocations sociales augmentaient avec l’explosion de la pauvreté. En 2016 déjà, quarante départements affirmaient n’être plus en mesure de payer et tous disaient avoir les plus grandes difficultés à équilibrer leur budget.

Arrivé au pouvoir, Macron avait accordé une rallonge d’urgence et promis d’offrir aux départements des ressources supplémentaires. La rallonge est insuffisante, la ressource supplémentaire inexistante, mais les baisses de dotations aux collectivités locales vont reprendre. En effet, sous Macron comme sous ses prédécesseurs, l’État a besoin d’argent pour payer la rente des capitalistes, quelle qu’en soit la forme.

Quant à ce que Macron qualifie de pognon de dingue, les 550,93 euros versés chaque mois à une personne seule et démunie, que les départements se débrouillent ! Ils n’auront d’ailleurs peut-être pas à le faire longtemps, car une réforme des allocations est en cours et ce n’est certainement pas pour les augmenter.

Paul GALOIS