Éducation nationale : le 3 mai, en grève contre les mesures gouvernementales

02 Mai 2018

Le jeudi 3 mai, la majorité des syndicats de l’Éducation nationale appellent à la grève et à des manifestations. Cette journée se situe dans la continuité de celle du 22 mars dans la fonction publique contre la dégradation des conditions de travail et l’austérité salariale, mais également en lien avec la grève de la SNCF ou les mouvements dans d’autres secteurs, comme les Ehpad.

La réforme du lycée, qui sera appliquée à la rentrée 2019 en première et à celle de 2020 en terminale, prévoit la disparition des sections actuelles, L, ES et S, au profit d’une organisation basée sur un choix de spécialités. Dans un contexte marqué par la suppression de 120 000 postes de fonctionnaires, elle a toute chance d’avoir pour conséquence une diminution des moyens au niveau des établissements.

Dans l’enseignement professionnel aussi, la réforme annoncée donne la priorité à l’apprentissage et laisse prévoir une réduction des formations dans le cadre scolaire.

Dans le domaine de l’orientation scolaire, les centres d’information et d’orientation, où les élèves et leurs familles pouvaient s’informer, sont menacés de fermeture, et les délégations régionales de l’Onisep, qui publiaient les documents sur lesquels le public pouvait s’appuyer en la matière, sont transférées de l’État aux régions.

Toutes ces mesures vont aggraver encore l’état de délabrement dans lequel se trouve déjà le système éducatif, en particulier dans les quartiers populaires. Elles s’ajoutent à celles qui vont viser tous les travailleurs, comme la réforme des retraites. C’est autant de raisons de se mobiliser contre Macron et son gouvernement, au côté des autres travailleurs.

Daniel MESCLA