Armes nucléaires : si tu veux la paix, prépare la révolution

05 Janvier 2022

« Nous affirmons qu’une guerre nucléaire ne peut être gagnée et ne doit jamais être menée. » Ainsi commence la déclaration signée lundi 3 janvier par les cinq pays membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies, à savoir les États-Unis, la Chine, la Russie, le Royaume-Uni et la France.

Loin d’avoir été touchés par la grâce du pacifisme, les dirigeants de ces cinq grandes puissances entendaient réaffirmer, à la veille d’une conférence d’examen du Traité sur la non-prolifération, leur volonté de conserver leur monopole, ou au moins leur contrôle de ce type d’armes.

Qu’une guerre nucléaire constitue une menace pour la survie de l’humanité, ce n’est plus à démontrer. Le fait que les dirigeants des États capables de la déclencher s’en disent conscients n’a rien de particulièrement rassurant. Les seules fois où l’arme atomique a été utilisée, en août 1945 contre Hiroshima et Nagasaki, les dirigeants américains l’ont décidé en toute connaissance des dévastations qu’elle allait provoquer.

Pas plus qu’ils ne contrôlent l’économie capitaliste et ses crises, les dirigeants du monde impérialiste ne maîtrisent les mécanismes susceptibles de conduire à des conflits de plus en plus généralisés, qui trouvent leur fondement dans la guerre économique pour les marchés et les zones d’influence. Quant au choix des armes qu’ils utiliseront alors, on peut être sûr que les considérations humanitaires n’y auront aucune place.

Préparer la révolution et le renversement du capitalisme est bien la seule façon d’œuvrer à préserver l’humanité d’une telle issue.

Marc RÉMY