Trois ans déjà : gilets jaunes, toujours là

24 Novembre 2021

Par une manifestation samedi 20 novembre, les gilets jaunes ont fêté leur troisième année de manifestations hebdomadaires. À Paris, cela a regroupé près de 2 000 personnes dans un cortège dynamique et coloré, derrière des fresques mobiles faites de dessins exprimant leur colère sur de très nombreux sujets.

Dès le départ, le cortège était noyé dans les gaz et écrasé par les coups de matraque des policiers, harnachés comme des robocops. Ils s’en sont pris aux fresques et banderoles, provoquant de rudes bagarres pour les défendre. La répression dont les gilets jaunes ont fait l’objet depuis le début de leur mouvement montre bien que leur constance, leur détermination, a inspiré une certaine crainte à l’État. Les forces de police ont été autorisées à utiliser matraques, flash-ball (LBD 40) et grenades (DMP/GLIF4) pour cogner. Le bilan de leur répression en est l’image : au total elle a fait plusieurs milliers de blessés dont 353 graves, trente éborgnés, sept mains ont été arrachées.

Les manifestants du 20 novembre ont montré que, trois ans après, bien des participants au mouvement tiennent toujours à s’en revendiquer. La détresse sociale qu’a exprimée le mouvement des gilets jaunes n’a pas disparu, au contraire, et pour y mettre fin il faudra encore bien d’autres luttes, et bien plus larges.

Correspondant LO