Chômage : un travailleur sur cinq est inscrit à Pôle emploi

13 Octobre 2021

« Baisse historique du taux de chômage » selon Le Parisien, « En forte baisse, le chômage retrouve son niveau de 2008 » selon BFM, de nombreux medias ont de façon indécente, relayé la fable d’une baisse historique du taux de chômage.

En réalité, les statisti­ques de l’Insee à l’origine de cette campagne notaient une stabilité au deuxième trimestre 2021 à 8 % de la population active et espéraient une baisse à 7,6 % d’ici la fin de l’année. Piètre diminution alors que l’économie sort des restrictions sanitaires et d’une baisse historique de l’activité. Mais ces statistiques, loin de l’éclairer, sont destinées à travestir la réalité : le cancer du chômage ne cesse de progresser.

Pôle emploi ne quantifie pas plus fidèlement le chômage puisque, privés d’indemnités, de nombreux sans-emploi ne voient pas l’intérêt de s’y inscrire. Mais, malgré cette réserve, la comptabilisation en temps réel des entrées et des sorties par Pôle emploi produit des chiffres accablants. Au deuxième trimestre 2021, en métropole et outre-mer, l’organisme recense 6,7 millions de demandeurs d’emploi, toutes catégories confondues. Au premier trimestre 2020, au début de la pandémie, 6,4 millions étaient recensés, soit une progression de 300 000. En ramenant ce chiffre à l’ensemble de la population active et en capacité de travailler, estimée par l’Insee à un peu plus de 30 millions, cela signifie que plus de 20 %, soit un actif sur cinq, est inscrit à Pôle emploi. Il s’agit bien d’un record, triste record en vérité.

En ne comptabilisant que les chômeurs de catégorie A, c’est-à-dire sans emploi et immédiatement disponibles, l’évolution est tout aussi désastreuse. En France métropolitaine, 3,5 millions de chômeurs sont recensés, un chiffre en hausse de 200 000 par rapport au début 2020 et de 1,5 million par rapport à 2008.

Le comble est sans doute que, dans le cercle des politiciens et journalistes de la bourgeoisie, la mode est de s’interroger gravement : le niveau de chômage n’est-il pas incompressible et somme toute naturel ?

Il est en tout cas inhérent à un système capitaliste qui a largement dépassé la date de péremption. Et il appartient aux travailleurs, avec ou sans emploi, de le mettre au compost de l’histoire et de répartir le travail et les richesses entre tous.

Christian BERNAC