Stellantis-PSA – Sochaux : première réaction contre les attaques

15 Septembre 2021

Le 9 septembre, pour la fin de la production de la Peugeot 308 à Sochaux, la direction s’est fait mousser dans la presse, avec le 1,3 million de Peugeot 308 fabriquées depuis 2013 dans les ateliers. Mais, pour ne pas faire tache dans le décor, elle n’a évidemment pas soufflé mot des attaques en cours dans l’usine contre les travailleurs.

Prétextant la pénurie de semi-conducteurs, la direction a suspendu l’équipe de nuit le vendredi 3 septembre. Ceux qui travaillaient dans cet horaire ont été réaffectés, dès le lundi suivant, dans les équipes en 2x8.

Elle licencie, en deux semaines, les 650 travailleurs intérimaires encore à l’usine et les remplace sur les chaînes de l’atelier du montage par des ouvriers en CDI mutés d’office d’autres ateliers, professionnels ou pas, même si certains d’entre eux n’ont jamais travaillé en chaîne.

Les travailleurs italiens de l’usine Fiat de Melfi (qui fait partie de Stellantis, groupe issu de la fusion de PSA avec Fiat Chrysler en janvier 2021) ont été renvoyés chez eux au retour des congés. La direction les avait fait venir, deux semaines avant les congés d’été, disant qu’il y avait moins de travail dans leur usine.

Dans les ateliers, des tensions sont palpables, le renvoi des intérimaires, les mutations forcées, les changements d’horaires de travail, en quatrième vitesse, provoquent un très large ressentiment. Jeudi 9 septembre, le débrayage à l’appel du syndicat CGT de l’usine, d’une quarantaine de travailleurs, intérimaires et embauchés, a été l’expression d’un mécontentement et d’un dégoût profonds. Les travailleurs sont conscients qu’ils font les frais d’un grand chambardement où la direction veut régler l’ensemble de ses problèmes à leur détriment.

Ce n’est qu’une première réaction. Il devra y en avoir d’autres si les travailleurs ne veulent pas payer pour les profits de Stellantis.

Correspondant LO