PCF : l’union de la gauche comme seule politique

15 Septembre 2021

La Fête de l’Humanité s’est tenue les 10, 11 et 12 septembre au parc de La Courneuve, et malgré les contraintes imposées par la situation sanitaire, qui avaient conduit à l’annulation de la précédente édition, elle a réuni plusieurs dizaines de milliers de participants.

Le PCF fait ainsi la démonstration qu’il regroupe encore des milliers de femmes et d’hommes suffisamment dévoués à leur parti pour lui consacrer le temps et l’énergie sans lesquels un tel rassemblement est impossible. Pour un large milieu populaire qui demeure lié au Parti communiste et à ses militants, la Fête de l’Huma, comme disent les habitués, demeure un rendez-vous important de la rentrée de septembre.

Cette année, la Fête de l’Humanité a donné l’occasion à Fabien Roussel, candidat du parti à l’élection présidentielle, de lancer sa campagne. « Il y a un candidat communiste », proclame-t-il fièrement, contrairement à 2012 et 2017 où le PC avait fait le choix de s’effacer derrière Mélenchon. Mais pour défendre quelle politique ? « Le défi des jours heureux » est le slogan de campagne de Roussel, faisant clairement référence au programme du Conseil national de la Résistance de 1944. Les mesures développées par le dirigeant du PC lors de son meeting sur la grande scène de la fête n’ont rien de particulièrement radicales : le smic à 1800 euros, la lutte contre l’évasion fiscale, le tout accompagné d’une dénonciation très générale du capitalisme… Il se dit partisan d’une réduction du temps de travail pour que tout le monde puisse travailler, mais la seule mesure à prendre immédiatement, selon lui, serait un moratoire des délocalisations. Mettre en avant la défense de la souveraineté nationale permet à Roussel de ne rien proposer sur le terrain de la lutte contre le capitalisme et de la lutte de classe contre la bourgeoisie, bien française, qui accumule les profits.

Et pour obtenir l’application de ces mesures, Roussel n’a qu’une seule réponse : il faut l’envoyer à l’Elysée car, quand il sera président, c’est promis, tout changera ! Le candidat du PCF y croit si peu lui-même qu’il propose à toutes les forces de gauche « de travailler à un pacte d’engagement commun aux élections législatives », avec pour objectif : « Bâtir une nouvelle majorité à l’Assemblée nationale, avec le plus possible de députés de gauche et écologistes, et bien sûr un grand nombre de députés communistes. »

En d’autres termes, Roussel n’a rien d’autre à proposer que de rééditer une nouvelle mouture d’union de la gauche. Mais les travailleurs n’ont pas la mémoire si courte qu’ils aient oublié comment le socialiste Hollande s’était proclamé l’ennemi de la finance lors de sa campagne présidentielle et de quelle façon il s’était empressé de la servir, une fois élu. Mais quel que soit le nom qu’on lui donne, une nouvelle union de la gauche, si tant est qu’elle soit possible et parvienne au gouvernement, ne ferait que conduire les travailleurs à une nouvelle impasse, source de déceptions.

La tâche de militants qui se réclament du communisme et du mouvement ouvrier ne consiste certainement pas à tenter de remettre en selle des politiciens qui, à juste titre, n’inspirent plus confiance au monde du travail. Leur tâche est de tout faire pour redonner confiance aux travailleurs dans leur capacité à changer la société par leurs propres mobilisations et en menant la lutte de classe contre leurs exploiteurs.

Marc RÉMY