Cholet : aux municipales, faire entendre les intérêts des travailleurs

08 Septembre 2021

Les dimanches 19 et 26 septembre, Cholet réélit son conseil municipal. Cette élection surprise est le résultat de l’annulation par le Conseil d’État, le 20 juillet, de celle de mars 2020.

Les militants de Lutte ouvrière ont décidé, comme en mars 2020, de participer à l’élection municipale pour permettre aux travailleurs d’y faire entendre leurs préoccupations et leurs intérêts, à mille lieues de ceux des politiciens.

Ses 45 candidates et candidats sont à l’image de la classe ouvrière de cette ville industrielle de 60 000 habitants. Employés dans l’industrie, la fonction publique ou les petits commerces, actifs, retraités ou en recherche d’emploi, ils connaissent les difficultés de tous les salariés.

Plusieurs candidats sont exploités par Michelin, groupe dont les dirigeants richissimes sont en train de supprimer plus de 2 000 emplois dans le pays. À l’usine de Cholet, ce sont au moins 200 emplois sur 1 450 qui vont disparaître d’ici à 2023, et la direction entretient en permanence la rumeur que l’usine fermera si jamais la productivité n’augmente pas. La liste Lutte ouvrière, menée par Robert Cerisier, lui-même retraité de Michelin, appelle les travailleurs à refuser ce chantage odieux.

Le patronat profite de la crise sanitaire pour précariser toujours plus le monde du travail, et le gouvernement lui prête main-forte en confirmant ses attaques contre les chômeurs, avec les retraités également dans le viseur. Cette élection est une occasion dont tous les travailleurs doivent se saisir pour faire entendre leur colère et leur détermination à riposter aux mauvais coups.

Correspondant LO