Sécurité sociale : scandaleux reste-à-charge

02 Décembre 2020

Une étude de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) vient de paraître. Elle souligne l’augmentation importante des frais qui restent à la charge de certains patients après le remboursement de l’Assurance maladie.

L’étude indique que 1 % des assurés doivent payer plus de 3 700 euros de reste-à-charge, et parfois bien plus. Il s’agit le plus souvent de personnes âgées, qui doivent consulter fréquemment un médecin, ou faire face aux dépenses de fin de vie. Si les soins hospitaliers sont relativement bien remboursés, ce n’est en revanche pas le cas des dépassements d’honoraires, qui dépendent de la complémentaire santé. Or ce sont ces dépassements d’honoraires non remboursés qui forment l’essentiel de ce qui reste à la charge des patients.

Mais ce n’est pas le seul problème. Prothèses auditives ou dentaires, forfait d’hébergement lorsqu’on doit être hospitalisé plusieurs jours, les dépenses qui ne sont plus remboursées augmentent sans cesse, même pour les malades théoriquement pris en charge à 100 %.

De plus, les prix des mutuelles ont flambé en 2020 : alors qu’ils augmentent en moyenne de 3 à 4 % tous les ans, cette année le tarif a bondi, pour les seniors notamment, jusqu’à plus de 12 % ! Les mutuelles font en fait supporter à leurs adhérents le coût de la réforme « 100 % santé » mise en place cette année, qui prévoit un meilleur remboursement, notamment des lunettes et de certaines prothèses.

Le coût de la santé s’alourdit pour de nombreux travailleurs, en retraite ou en activité.

Camille PAGLIERI