Police : une compagnie bien protégée

28 Octobre 2020

Début juillet, des faits graves étaient reprochés à la CSI 93, une compagnie de police dite de sécurisation et d’intervention en Seine-Saint-Denis. Le préfet de police de Paris, Didier Lallement, avait alors annoncé sa dissolution.

Trois mois plus tard, la compagnie est toujours en exercice, et même réquisitionnée dans son intégralité pour contrôler les personnes pendant le couvre-feu. La préfecture ne parle plus désormais que d’une nouvelle organisation des CSI d’Île-de-France.

Les faits reprochés, qui s’étalent sur près de trois ans, vont de la falsification de procès-verbaux à des violences exercées contre les prévenus, en passant par la fabrication de fausses preuves pour arrêter des personnes contrôlées, ou encore la détention non autorisée de stupéfiants, le comble pour une compagnie spécialisée dans la lutte contre les trafics de drogue !

Sur la quinzaine de policiers visés par les enquêtes concernant cette compagnie, quatre seulement ont été suspendus. Pour le reste, les enquêtes de l’IGPN, la police des polices, sont toujours en cours.

Le préfet Lallement est plus que prudent dans ses sanctions, avec un souci visible de préserver le principe de présomption d’innocence. Il ne peut tout de même pas traiter ses propres policiers comme de vulgaires gilets jaunes ou des manifestants antiracistes !

V. F.