L’indépendance sous contrôle des colonies africaines

26 Août 2020

Entre juin et août 1960, onze anciennes colonies françaises d’Afrique accédaient à l’indépendance. De nouveaux drapeaux apparurent alors, mais les chaînes qui liaient les pays ainsi créés à l’impérialisme français ne furent pas rompues pour autant. Elles prirent simplement une autre forme, qui perdure encore aujourd’hui.

En cette année 1960, l’indépendance des colonies apparaissait enfin comme un phénomène inéluctable. La lutte menée par le peuple indochinois l’avait imposée à la France. En Algérie, de Gaulle était contraint d’ouvrir les négociations avec le FLN. En Afrique même, l’impérialisme britannique avait déjà lâché le Soudan et le Ghana.

Conscients de cette évolution, les dirigeants français n’avaient pas pour autant l’intention de renoncer à la situation de monopole que le système colonial avait longtemps garanti à leur bourgeoisie. La mainmise sur les colonies africaines avait permis à une partie des capitalistes français de bâtir des fortunes en exploitant les paysans et les ouvriers africains à l’abri du marché mondial, et il n’était pas question que cela cesse. De Gaulle, arrivé au pouvoir en 1958, s’attacha donc à mettre en place un cadre politique permettant que cette domination économique puisse se perpétuer après l’indépendance.

Les grands ensembles qu’étaient l’Afrique occidentale française (AOF) et l’Afrique équatoriale française (AEF) avaient été divisés en circonscriptions administratives, dont les limites devinrent les frontières des nouveaux États. Leurs dirigeants furent sélectionnés par de Gaulle et son conseiller aux affaires africaines, Jacques Foccart.

Ce fut le cas de l’ivoirien Houphouët Boigny. Gros propriétaire, il avait un temps fait figure d’opposant aux colons à la tête du syndicat des planteurs africains, avant de devenir député puis ministre dans le gouvernement français de Guy Mollet, qui décida d’intensifier la guerre d’Algérie. Il devint tout naturellement le premier président de la Côte d’Ivoire, et resta jusqu’à sa mort, en 1993, au centre de tous les mauvais coups de l’impérialisme français dans la région. Léopold Sedar Senghor, agrégé de grammaire et plusieurs fois ministre sous la ive République, devint de son côté président du Sénégal. Dans d’autres pays, les administrateurs coloniaux poussèrent en avant des hommes choisis des années auparavant et qui allaient devenir présidents. Quand cela ne suffisait pas, un coup d’État bienvenu pouvait toujours rectifier le tir, comme celui de décembre 1965, qui porta au pouvoir, en République centrafricaine, Jean Bedel Bokassa, ancien officier des troupes coloniales en Indochine et en Algérie.

Les fidèles ainsi sélectionnés furent de plus encadrés par tout un appareil de conseillers et de fonctionnaires français qui contrôlèrent de fait les nouvelles institutions. La présence de ministres français au sein des gouvernements africains sembla même longtemps naturelle, comme celle de l’ancien administrateur colonial Jean Collin, qui fut successivement ministre des Finances, et de l’Intérieur au Sénégal.

Conscients que, au-delà des présidents, l’État repose avant tout sur des forces armées, les dirigeants français prirent le plus grand soin de garder le contrôle sur celles des pays désormais indépendants. Elles furent constituées à partir des anciennes troupes coloniales de l’armée française, mais avec un encadrement tout ce qu’il y a de plus français. En République centrafricaine, ce fut ainsi Marcel Bigeard, un des bourreaux de la bataille d’Alger, qui fut chargé de constituer l’armée nationale. Au Niger, la nouvelle armée comptait tout au plus une quinzaine de sous-­officiers africains, tous les officiers étant français.

L’armée française proprement dite gardait aussi ses bases, qui lui permettent encore aujourd’hui d’intervenir dans les anciennes colonies. C’est ainsi qu’en 1964, les parachutistes français rétablirent le président gabonais Léon Mba, renversé par un coup d’État militaire, protégeant ainsi les intérêts de la compagnie pétrolière Elf. Au Cameroun, les troupes françaises réprimèrent sauvagement, avant et après l’indépendance, le soulèvement populaire mené par l’Union des populations du Cameroun et assassinèrent son dirigeant, Ruben Um Nyobè.

Les accords signés à l’indépendance contenaient aussi des clauses économiques. Celui signé avec le Niger, conjointement avec la Côte d’Ivoire et le Dahomey (l’actuel Bénin), prévoyait ainsi de « réserver en priorité à la République française la vente des matières premières et des produits classés stratégiques : uranium, hydrocarbures liquides ou gazeux, lithium, thorium, béryllium, leurs minerais et composés. » Dès le début, était ainsi inscrit noir sur blanc le pacte qui allait lier l’impérialisme français aux dirigeants de ses anciennes colonies : un soutien, en échange du droit de piller leur pays. Les trusts français voyaient leurs intérêts garantis.

Les nouveaux États indépendants se virent aussi refuser le droit de créer leur propre monnaie. Ils durent continuer à utiliser une monnaie liée au franc français, le franc CFA, créé en 1945 sous le nom de franc des colonies françaises d’Afrique, qui devint simplement le franc de la communauté financière africaine. Il n’y eut même pas besoin de changer le sigle.

Ce franc CFA était lié au franc français par une parité fixe, ce qui empêchait les gouvernements des anciennes colonies d’avoir le contrôle de leur propre monnaie. À l’origine, 1 franc français valait 50 francs CFA, et lorsque ce franc CFA fut dévalué en 1974, ce fut à l’initiative du gouvernement français et du FMI, et pour le plus grand malheur des pays africains. Deux banques centrales étaient créées pour gérer cette monnaie, l’une pour les ex-colonies d’Afrique de l’Ouest et l’autre pour celles d’Afrique centrale, avec des francs CFA formellement différents. Mais elles ne jouissaient d’aucune autonomie. Au lendemain de l’indépendance, la totalité de leurs avoirs en devises étrangères devaient être déposés à Paris sur un compte du Trésor français. De plus, des administrateurs français siégeaient dans les organes dirigeants de ces banques centrales africaines.

Les anciennes colonies se voyaient ainsi privées de toute possibilité de mener une politique économique indépendante, pour le plus grand bénéfice des trusts français, qui pouvaient faire circuler librement leurs capitaux dans cette vaste zone où ils étaient les maîtres, et en rapatrier leurs bénéfices, sans taxes ni frais de change.

Soixante ans après, l’essentiel de ce système, mis en place à l’indépendance, est toujours en vigueur. Les grands groupes français, aujourd’hui Bouygues, Bolloré, Total, ont certes dû céder une partie de leur monopole à de nouveaux concurrents, mais ils ont toujours un accès privilégié aux ministres africains pour signer des contrats en toute opacité. Macron a aussi parlé de mettre fin au franc CFA. Mais l’armée française intervient encore comme elle veut pour défendre les intérêts de la bourgeoisie française, ne jugeant même pas utile de rendre des comptes aux gouvernements locaux. Cette pression et ces interventions militaires ont permis à l’impérialisme français de mettre fin aux tentatives de certains dirigeants, comme Sékou Touré ou Thomas Sankara, d’échapper à son étreinte. Ainsi, durant les soixante ans d’indépendance, le pillage par l’impérialisme français a pu continuer.

Daniel MESCLA