Trotsky assassiné, mais pas ses idées !

19 Août 2020

Il y a quatre-vingts ans, le 20 août 1940, Ramon Mercader, un tueur envoyé par Staline assassinait d’un coup de piolet Léon Trotsky, exilé au Mexique.

Ainsi disparaissait la dernière grande figure d’une génération révolutionnaire, celle de Lénine, Rosa Luxemburg, Karl Liebknecht et des bolcheviks qui avaient assuré le succès de la révolution prolétarienne en Russie en 1917.

Trotsky était un concentré d’expérience révolutionnaire. Déjà en 1905, président du soviet de Petrograd, il avait inspiré l’action du premier conseil ouvrier de la capitale. Après la révolution de février 1917, raconte un témoin, il « courait de l’usine Oboukhovski à l’usine Troubotcheny, de l’usine Poutilov à l’usine de la Baltique, du Manège à la caserne, on aurait dit qu’il parlait partout à la fois. Chaque soldat et chaque ouvrier de Petrograd le connaissait et l’écoutait. Son influence sur les masses et même sur les chefs était irrésistible. » Cette activité, en complet accord avec Lénine, fit écrire à Staline en 1918 : « Tout le travail d’organisation pratique de l’insurrection fut accompli sous la direction immédiate du camarade Trotsky. » Cela n’empêcha pas le même d’affirmer six ans plus tard que « Trotsky n’avait joué aucun rôle dans la révolution d’Octobre » !

À l’été 1918, les puissances impérialistes, en tête la France de Clemenceau et l’Angleterre de LLoyd George, intervinrent militairement en Russie pour tenter d’isoler le pays et le condamner à périr d’inanition, soutenant les armées blanches qui voulaient rétablir le tsar. La guerre civile dura jusqu’en 1921. L’État ouvrier manquait de tout, mais Trotsky réussit à mettre sur pied une armée révolutionnaire d’ouvriers et de paysans, qui allait l’emporter. Il donna la clé de cette réussite : « Pour notre armée, le ciment le plus fort ce furent les idées d’Octobre. » Comme le dit un paysan enthousiaste : « Les Rouges étaient prêts à donner leur vie pour le monde des soviets, un monde sans mendiants ni infirmes. »

Pour la révolution mondiale

Pour Lénine et Trotsky, la révolution ne pouvait survivre qu’en s’étendant à des pays développés, comme l’Allemagne. En 1919, les bolcheviks jetaient les bases de l’Internationale communiste, pour regrouper les militants qui dans différents pays rejetaient les dirigeants socialistes ou syndicalistes qui avaient soutenu leur bourgeoisie pendant la Première Guerre mondiale. Dans la période des quatre premiers congrès de l’Internationale, Trotsky y joua un rôle majeur.

Cependant la vague révolutionnaire du lendemain de la Première Guerre mondiale ne déboucha pas sur une victoire du prolétariat ailleurs qu’en Russie. Dans un pays exsangue, seul continuait à fonctionner l’appareil du parti, ne cessant de croître et attirant ceux qui, fatigués de la lutte, y voyaient un moyen de faire carrière. Staline, le patron de cet appareil, intriguait pour écarter les militants restés fidèles à l’objectif de la révolution mondiale. Lénine et Trotsky perçurent ce danger et décidèrent dès 1922 de s’y opposer. Mais la maladie puis la mort allaient emporter Lénine en 1924.

En 1923, Trotsky publia Cours nouveau, qui critiquait le poids croissant de la bureaucratie au sein de l’État ouvrier, demandait le retour de la démocratie dans le parti et la mise en œuvre de l’industrialisation et d’un plan. Une déclaration signée par 46 autres dirigeants allait dans le même sens. Le combat de l’Opposition de gauche russe commençait. Trotsky et ses camarades, dans le recul général du mouvement ouvrier, malgré la lassitude et le découragement des travailleurs en Russie et ailleurs, défendirent pied à pied l’État ouvrier, son avenir et celui de la révolution mondiale. L’opposition critiqua en particulier la politique économique de la direction stalinienne et l’orientation de l’Internationale qui, en 1927, avait conduit à la défaite de la révolution ouvrière en Chine. Beaucoup d’opposants furent alors écartés de toute responsabilité et déportés. Trotsky se retrouva à 4 000 kilomètres de Moscou, puis fut expulsé en Turquie en 1929. L’appareil stalinien multiplia les purges, déportant par dizaines de milliers les opposants restés fidèles au communisme.

Le combat contre le stalinisme

Expulsé, Trotsky entama une vaste correspondance destinée à regrouper tous les communistes conscients que Staline trahissait la révolution et lança un Bulletin de l’Opposition destiné à l’URSS. La Révolution permanente, Histoire de la révolution russe, Ma vie, La Révolution trahie et de nombreux autres textes restent comme le concentré d’une expérience révolutionnaire capitale.

Jusqu’en 1933, les trots­kystes luttèrent pour tenter de redresser les partis communistes et l’Internationale. Mais, en 1933, la défaite sans combat du mouvement ouvrier allemand face aux nazis et l’absence de réactions dans l’Internationale face à l’orientation politique fixée par Staline, qui avait empêché toute véritable riposte ouvrière à la montée de ­Hitler, signifiaient que celle-ci était morte et qu’il fallait en construire une nouvelle.

Pour Trotsky, la victoire du nazisme annonçait aussi une guerre mondiale. Le temps était compté. Le sursaut ouvrier des années trente, aux États-Unis, en France et en Espagne, fut de courte durée. La IVe Internationale fut proclamée en septembre 1938, dans une période de recul. Son programme, le Programme de transition, devait armer les militants ouvriers en prévision d’une nouvelle période révolutionnaire. À la fin de la Deuxième Guerre mondiale, le front de l’impérialisme et de la bureaucratie stalinienne réussit à empêcher une nouvelle vague ouvrière révolutionnaire. Le programme n’en reste pas moins actuel.

Avec les procès de Moscou, mis en scène de 1936 à 1938, Staline liquida la génération d’Octobre et déversa mensonges et calomnies contre Trotsky et son fils Léon Sedov, dénoncés comme responsables de tout ce qui ne marchait pas en URSS et prétendus alliés d’Hitler et Mussolini ! Une commission, présidée par l’universitaire libéral américain Dewey, permit à Trotsky de réfuter ces calomnies, mais le message était clair : l’appareil stalinien voulait la tête de Trotsky et de ses proches. Avant lui, Sedov et plusieurs collaborateurs furent assassinés.

En relevant le drapeau de l’internationalisme, c’est-à-dire la nécessité pour le prolétariat d’étendre la révolution au monde entier, seule façon de venir à bout de la dictature du capital sur l’humanité, Trotsky assurait la continuité de la tradition marxiste. Or, pour que la bureaucratie dirigeant l’URSS puisse prétendre parler et agir au nom du prolétariat, tout en lui tournant le dos de fait, il lui fallait supprimer ceux qui dénonçaient cette usurpation. Staline et la caste dirigeante soviétique craignaient que, malgré leurs efforts pour effacer le souvenir d’Octobre, il subsiste une voix qui permette de poursuivre et d’organiser la lutte contre le capitalisme et contre la bureaucratie.

En faisant assassiner Trotsky, Staline portait un coup sévère au mouvement ouvrier révolutionnaire, en le privant de son dirigeant le plus expérimenté. Mais, quatre-vingts ans après sa mort, le courant trotskyste existe toujours. Il est certes faible, divisé, et manque de liens avec le monde ouvrier, mais les idées trotskystes représentent toujours l’espoir de la révolution prolétarienne, seule capable d’envoyer le capitalisme rejoindre le stalinisme dans la poubelle de l’Histoire.

Jacques FONTENOY