La Matt – Chaourse : subventions contre les grèves

19 Février 2020

La direction de la Matt, une entreprise sous-traitante de l’automobile de 90 salariés, a sollicité la région Hauts-de-France pour l’aider à financer la fabrication en double des moules utilisés pour la production à l’usine de Chaourse, dans l’Aisne.

Le but de la direction est de pouvoir continuer à assurer la production ailleurs en cas de grève.

Cette entreprise appartient au groupe Trèves, un équipementier automobile qui licencie depuis des années et a fermé plusieurs sites dans la région, suscitant la colère des travailleurs de ces mêmes entreprises.

Les salariés de la Matt se sont battus en mai 2017 lors de l’annonce de la fermeture du site programmée pour 2019. Le groupe Trèves, dont l’État possède 43 % des actions, a finalement décidé de garder l’usine faute de repreneurs. Si les salariés ne s’étaient pas défendus, leur site aurait probablement déjà été fermé.

Le secteur automobile annonce de nouveaux plans d’économies, qui se répercuteront comme les précédents sur ses sous-traitants. Les constructeurs automobiles sont sur les rangs pour se gaver d’argent public comme cela avait été le cas en février 2009, sans que cette aide permette de sauver un seul emploi. À l’époque, le groupe Trèves avait reçu 55 millions d’euros, mais cette somme était conditionnée à la restructuration de ses usines, en d’autres termes aux licenciements et aux fermetures de sites.

En s’empressant de répondre à la demande de la Matt, la région se montre prête à obéir aux moindres désirs du patronat, y compris en finançant des armes antigrève. Le vice-président de la région a répondu ainsi à la colère des syndicalistes de l’entreprise : « La discussion sur le droit de grève, l’aspect social du sujet, ça ne m’intéresse pas, c’est le domaine des syndicats pas le mien. Je suis sur des considérations purement économiques. » Mais les clients qui sont gênés par les arrêts de production dus aux grèves sont les patrons de l’automobile, et c’est ce que soutient ce politicien qui se prétend neutre.

Les lois votées depuis quelques années par les différents gouvernements rendent de plus en plus faciles les licenciements, les fermetures d’entreprises, limitent les recours des salariés, mais la région ne trouve rien de mieux que de s’engager à prémunir le patron de la Matt contre les luttes ouvrières. Comme les patrons, elle préfère les travailleurs soumis et subissant l’exploitation. Mais les travailleurs de la Matt, qui ont déjà par le passé relevé la tête, ne sont sans aucun doute pas prêts à la baisser.

Correspondant LO