Dividendes : toujours plus haut

19 Février 2020

En dix ans, les dividendes versés aux actionnaires à l’échelle internationale ont doublé. Un nouveau record a été atteint en 2019 avec 1 425 milliards de dollars. On peut dire que les actionnaires se sont bien remis de la crise de 2008 !

Cette hausse des dividendes s’observe partout dans le monde, même si c’est à des degrés différents. Elle a été de 173 % au Japon et de 136 % aux États-Unis depuis 2010, et de 53 % en Europe.

Partout l’argent coule à flots pour ceux qui possèdent les grandes entreprises. Les pétroliers Shell, Exxon Mobil, BP ou Total, les banquiers HSBC ou JP Morgan, les trusts de la pharmacie Johnson&Johson ou Pfizer ainsi que les inévitables Microsoft et Apple ont été les plus généreux.

Cet argent est le fruit du travail humain, et d’une exploitation de plus en plus féroce. En France, les groupes qui ont distribué le plus de dividendes, comme Sanofi ou BNP Paribas, ont pour la plupart en même temps procédé à des réductions d’effectifs.Pendant que l’argent coule à flots pour une infime minorité de privilégiés dans le monde, partout la situation des travailleurs s’aggrave, des continents entiers sont plongés dans la misère et, même dans les pays développés, les gouvernements au service de ces gros actionnaires détruisent les services publics et osent prétendre que l’argent manque pour les entretenir.

Ces sommes colossales, qui seraient indispensables au bien-être de la population, sont ainsi gaspillées. Depuis 2008 la production mondiale stagne et les capitalistes ont si peu confiance dans le développement de leurs entreprises qu’ils se refusent à y investir. Ils préfèrent dilapider des milliers de milliards de dollars en dividendes qui, après quelques dépenses somptuaires faites par les possesseurs de grandes fortunes, iront grossir les circuits de la spéculation. C’est un système de fous qu’il est urgent de renverser.

Daniel MESCLA