Les capitalistes et la justice : rois du non-lieu

25 Septembre 2019

Le procès du Mediator, avec le groupe pharmaceutique Servier et l’Agence nationale du médicament sur le banc des accusés, a un caractère bien exceptionnel. Pas seulement à cause des milliers de victimes des pratiques des dirigeants de cette entreprise et de la complicité induite de l’agence gouvernementale. Mais, plus généralement, il est rare que les groupes capitalistes aient à rendre compte de leurs actes.

On voit encore plus rarement des responsables de ces groupes comparaître devant un tribunal et, encore plus exceptionnellement, subir une condamnation, quels que soient leurs pratiques ou même leurs crimes.

Un des scandales judiciaires les plus marquants de la période aura été celui de l’amiante. Il y a des milliers de morts déjà, et chaque jour de nouvelles victimes. Plus de 100 000 morts sont attendus dans les années qui viennent. Les patrons et leurs appuis politiques, coupables de la prolongation de l’utilisation de ce poison en toute connaissance de cause, sont tous absous de poursuites pénales par l’appareil judiciaire, jusqu’au plus haut niveau. Il en a encore été de même pour les centaines de morts du crash du vol Rio-Paris. Airbus et Air France ont été absous, malgré les causes connues de l’accident : les économies de bouts de chandelle faites sur les sondes des appareils Airbus. Et comment ne pas se souvenir de la façon dont Total est sorti blanc comme neige du scandale de l’explosion de l’usine AZF à Toulouse, lavé non seulement de toute condamnation mais de toute poursuite, et donc de procès ? Encore et toujours, la justice montre qu’elle protège les patrons et les plus grands d’abord.

Quant aux délits économiques, non seulement les coupables de milliards de dilapidations ne sont pas poursuivis, mais ils sont même indemnisés par l’État. Ce fut le cas pour la Société générale, pour qui Jérôme Kerviel fut le bouc émissaire, et pour les milliards encaissés « au titre de dédommagement » par la pauvre Société générale. Quant à une condamnation par la justice étrangère, François Pinault a pu voir comment l’État français réagissait, prenant en charge les sommes considérables que le malheureux milliardaire devait payer à la justice américaine.

La liste des protections étatiques et judiciaires dont bénéficient les capitalistes, et en premier lieu les plus grands d’entre eux, est loin d’être close. L’appareil judiciaire en réalité est justement fait pour protéger le système, comme certains juges le disent eux-mêmes crûment.

Alors, qu’en sera-t-il au bout des six mois de procès du Mediator, et au-delà, car les voies d’appel sont infinies et sont justement là pour éviter tout dérapage particulier ? La seule chose vraiment positive est que, pendant des mois, il y aura eu la mise en accusation publique des pratiques criminelles des patrons de Servier, qui sont bien représentatives de l’état d’esprit de leur classe.

Paul SOREL