Forains : la roue de l’infortune

27 Mars 2019

Lundi 25 mars, des centaines de forains rassemblés au Mans, dans la Sarthe, ont affronté la police, bloqué la circulation et les trains, tenté d’investir la mairie. Après des semaines de discussions infructueuses, ils ne voyaient plus que ce moyen pour se faire entendre d’une municipalité qui veut déplacer la fête foraine du centre-ville vers la périphérie, les privant ainsi d’une bonne partie de leur clientèle.

Au Mans, 65 familles sont directement concernées, mais le problème est général et touche toute une catégorie sociale, plusieurs dizaines de milliers de familles selon les porte-parole des forains. L’épisode du Mans fait suite à de nombreux autres, les opposant aux municipalités qui leur interdisent les centres-villes et augmentent les prix des emplacements, ou à EDF qui leur fait payer fort cher chaque raccordement. En plus des problèmes particuliers liés à leur métier, les forains énumèrent, comme tous les petits et très petits entrepreneurs, les difficultés rencontrées avec l’administration, les prix du carburant etc.

Avec la multiplication des parcs d’attraction fixes, des centaines de milliers d’enfants ont goûté aux manèges spectaculaires et ne se contentent plus des auto-tamponneuses d’antan. Les forains doivent donc investir dans de telles installations, qui peuvent coûter des centaines de milliers d’euros chacune et sont ruineuses à assurer, transporter, monter et démonter, entretenir et faire contrôler régulièrement. Faute de grandes attractions, même les stands les plus modestes comme les loteries et les confiseries ne font pas recette, car les promeneurs ne viennent plus. Les forains se trouvent donc vis-à-vis des parcs d’attractions fixes, comme les petits commerçants vis-à-vis des supermarchés, contraints de suivre sans en avoir les moyens, obligés d’augmenter leurs prix pour survivre. Il leur restait un argument, faire partie du paysage de centre-ville, constituer une distraction et une animation dont on peut profiter sans prendre sa voiture, s’intégrer dans le paysage et la mémoire populaires.

Mais les villes grandes et moyennes ont changé. Leurs centres, comme leurs conseils municipaux, sont depuis longtemps peuplés de petits bourgeois qui ne prisent guère la barbe à papa, la grande roue, les cornets de frites ou le train fantôme. Il leur faut désormais des centres propres, bien fréquentés et, si possible, historiques. La fête foraine ira donc s’exiler sur un lointain parking en périphérie. Tant pis pour les forains si la clientèle ne suit pas.

Dans les petites villes populaires qui accueillent encore une ducasse sur la grand- place, le problème est hélas beaucoup plus simple. La baisse constante du niveau de vie des familles de travailleurs réduit d’autant les possibilités de tours de manège, comme elle réduit, tout au long de l’année, la consommation. À cinq euros l’attraction de cinq minutes, quelle famille avec quatre enfants passera l’après-midi à la ducasse ?

Après les affrontements du Mans, le maire PS comme le ministre de l’Intérieur Castaner et bien des commentateurs ont disserté sur la violence des forains. Mais ils n’ont rien dit de la paupérisation croissante, cause et ferment de toutes les explosions sociales. Ils n’ont fait que révéler leur mépris social à l’égard des fêtes foraines, de ceux qui en vivent comme de ceux qui voudraient y prendre plaisir.

Paul GALOIS