Centenaire de 1918 : si tu veux la paix, prépare la révolution

07 Novembre 2018

La commémoration du centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale sert d’occasion à Macron pour rester sous le feu des projecteurs, grâce au rallye qu’il accomplit dans l’est et le nord de la France pendant une semaine.

L’offensive médiatique atteindra son sommet avec la rencontre des chefs d’État invités pour un Forum sur la paix à Paris, le 11 novembre.

Macron présente comme une façon de sauver la paix du monde son show financé entre autres par BNP Paribas ou AXA. Tout le monde pouvait envoyer un projet sur le site officiel, et 119 idées ont été retenues, qui seront discutées par les milliers de participants.

Outre son objectif évident de faire mousser la personne de Macron, ce Forum sur la paix pourrait se comparer à un colloque sur le véganisme organisé par une confrérie de bouchers. Des dizaines de dirigeants politiques pourront y faire étalage de leur prétendu amour de la paix, alors qu’ils sont les dirigeants d’un système qui ne cesse d’engendrer les conflits dans le monde. Que ce soit la France et ses interventions en Afrique, les Émirats arabes unis impliqués au côté de l’Arabie saoudite dans la guerre qui ravage le Yémen, ou la Russie, la Grande-Bretagne et les États-Unis, aucun de ces régimes n’hésite à faire couler le sang et tous concourent à la croissance du militarisme.

« Le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l’orage », avait déclaré Jaurès à la veille de la Première Guerre mondiale. Cent ans après c’est toujours vrai même si, le temps d’un anniversaire, les brigands qui dirigent le monde se donnent l’allure de blanches colombes.

Boris SAVIN