Israël : manifestations contre la loi d’apartheid

15 Août 2018

Samedi 11 août, des dizaines de milliers d’Arabes israéliens se sont rassemblés à Tel-Aviv pour dénoncer la loi ségrégationniste dite loi État-Nation, faisant d’Israël un État exclusivement juif.

L’égalité censée être reconnue à tous les citoyens israéliens par la déclaration d’indépendance de 1948 était une fiction. Mais le texte voté le 19 juillet sous la pression des franges les plus extrémistes de la droite israélienne consacre et justifie les inégalités et la ségrégation dont sont victimes en Israël les Arabes, qui constituent 20 % de la population et sont considérés comme des citoyens de seconde zone. Ainsi, l’hébreu est désormais seule langue officielle d’Israël, alors qu’aucun texte législatif n’avait jusque-là établi une telle règle et que l’arabe était utilisé comme l’hébreu dans les documents administratifs. En outre, le texte permet la création de villes réservées aux seuls citoyens juifs.

Les manifestants brandissaient des pancartes en hébreu et en arabe appelant à l’égalité et à la résistance. Cette manifestation faisait suite aux rassemblements des semaines précédentes, marqués notamment par une mobilisation des membres de la communauté druze israélienne (courant minoritaire de l’islam), qui se voyaient jusqu’ici reconnaître davantage de droits que les Arabes israéliens.

L’évolution réactionnaire de la société israélienne montre brutalement à tous à quel point c’est l’ensemble des habitants d’Israël, Juifs y compris, qui ont de plus en plus à subir le poids des idées les plus rétrogrades et racistes.

C. C.