Dans les bulletins SNCF de Lutte ouvrière

20 Juin 2018

Le gouvernement contesté

La ministre des Transports estime que la grève des cheminots est une grève politique et une contestation du gouvernement. Eh bien, pour une fois, elle dit vrai !

Qui a voulu ouvrir le réseau à la concurrence, supprimer le statut pour les nouveaux embauchés, transformer la SNCF en société anonyme, sinon le gouvernement ?

Il s’agit donc bien d’une contestation de la politique du gouvernement et, en ce sens, d’une grève politique. Et nous pouvons en être fiers !

Ça a le mérite d’être clair

Le numéro deux de la SNCF, Vicherat, a déclaré que le principal intérêt de la suppression du statut est la mobilité et la possibilité d’en finir avec les évolutions mécaniques de salaire qui ne permettent pas de distinguer celui qui fait des efforts de celui qui n’en fait pas.

Les notations ne permettent d’augmenter les salaires que d’une minorité de cheminots chaque année pendant que les autres n’ont rien du tout. Mais c’est encore trop pour la direction.

S’attaquer à nos conditions de travail et à nos salaires, c’est bien cela que visent gouvernement et direction. C’est contre cela que l’on se bat depuis le début.