Monoprix – Caen : une colère justifiée

13 Septembre 2017

Vendredi 1er septembre, au Monoprix de Caen, gros magasin du centre-ville, 80 % de la centaine d’employés se sont mis en grève.

Le mécontentement était profond. Le directeur, en place depuis deux ans, et auteur de multiples vexations, avait accumulé contre lui un grand ressentiment. Au milieu de l’été, il a appliqué à l’extrême les consignes de restrictions de postes du groupe : d’un coup, il a mis fin à tous les CDD, sur lesquels repose d’habitude une grande partie du travail en caisse et dans les rayons. Il a même mis fin à la période d’essai d’un boucher qui venait de signer un CDI.

Comme conséquence de la situation, la charge de travail a énormément augmenté pour les titulaires, et les arrêts maladie, les congés maternité ne sont plus remplacés. Les conditions de travail se sont donc dégradées d’un coup. La colère a alors éclaté, et cela s’est vu en ville : les grévistes stationnaient devant la devanture familière aux Caennais, ornée de banderoles.

Le directeur, qui devait être muté, est parti dans l’hostilité générale. Ce coup de colère avertit le successeur qu’il devra compter avec le personnel ; une leçon qu’il ferait bien d’assimiler !

Correspondant LO