Total : profiteur et responsable de la crise

07 Septembre 2022

Depuis le 1er septembre, la ristourne sur les prix des carburants automobiles décidée par le gouvernement est passée de 18 à 30 centimes. De son côté, TotalEnergies joue les grands seigneurs et accorde une remise de 20 centimes par litre de carburant sur son réseau de stations-service.

Alors que, pendant des semaines, le carburant était vendu autour de deux euros le litre, les automobilistes ont donc pu remplir leur réservoir en payant parfois moins de 1,50 euro le litre. Ces ristournes ne sont prévues que pour quelques semaines et les prix à la pompe variant au jour le jour, plus vite à la hausse qu’à la baisse, rien ne garantit que l’on ne retrouve pas très vite des carburants autour de deux euros.

Les files de voitures devant les stations-service Total, rapidement en rupture de stocks, montrent que le groupe pétrolier a fait une bonne opération commerciale, qui va peut-être même lui permettre d’augmenter encore ses profits, déjà faramineux. Pour l’ensemble de l’année 2021, ceux-ci avaient atteint 14 milliards d’euros, un niveau historique. Sur les six premiers mois de l’année 2022, TotalEnergies a déjà réalisé plus de 18 milliards de dollars de bénéfices. Mais ce groupe n’est pas seulement un profiteur de crise, il a contribué à la provoquer par sa politique de prix, commencée bien avant le déclenchement de la guerre en Ukraine. Les dirigeants de ce groupe se moquaient bien des conséquences de leurs spéculations sur l’ensemble de l’économie et sur les conditions de vie des populations. Pour TotalEnergies, la ristourne de quelques centimes n’est qu’une petite goutte d’or noir dans un océan de profits.

Boris SAVIN