Travailleurs saisonniers : logements précaires

17 Août 2022

Comme chaque été, de nombreux travailleurs, en particulier les saisonniers, se retrouvent parfois à des centaines de kilomètres de chez eux pour s’employer dans les hôtels et restaurants de montagne ou du bord de mer.

Et, comme chaque année, les employeurs refusent de s’occuper de trouver un logement à ces travailleurs.

Or, rien qu’en Bretagne, il manquerait près de 50 000 travailleurs saisonniers. Certes, la période du Covid en a convaincu certains d’abandonner un travail mal payé et aux horaires impossibles. Mais le manque de bras disponibles trouve ailleurs son explication. Ces travailleurs n’ont tout simplement pas les moyens de payer les loyers demandés. La spéculation a depuis plusieurs années fait grimper le prix de l’immobilier. De plus, les propriétaires trouvent souvent plus rentable de louer leur maison quelques semaines à des touristes plutôt qu’à des travailleurs dont le salaire est de toute manière insuffisant. Certains sont ainsi contraints de dormir dans leur voiture, ou bien là où ils peuvent. Au final, ce sont les communes qui finissent par prendre ce problème en charge. Ainsi, certains saisonniers sont logés en urgence dans des internats d’établissements scolaires, en devant tout de même payer un loyer pour les conditions précaires. Selon Le Monde, à Dinard (Ille-et-Vilaine) la commune paye 30 000 euros pour assurer une partie des frais de logement des saisonniers dans un lycée hôtelier.

Ainsi, les patrons employeurs ne payent rien et demandent à la collectivité locale de se charger d’assurer le logement de leurs employés saisonniers. Le beurre et l’argent du beurre, avez-vous dit ?

Cyril Lebrun