RATP ligne 13 : effectivement sans effectifs

17 Août 2022

Dimanche 14 août au matin, sur la ligne 13 du métro, les voyageurs ont attendu les trains encore plus longtemps que d’habitude.

Il n’y avait tout simplement pas assez de conducteurs : les effectifs à la conduite sont si réduits tout au long de l’année qu’au cœur de l’été, avec les départs en vacances d’une partie des salariés, on arrive vite « à los ».

Dimanche, cela s’est traduit par de nombreux services non assurés (NA), c’est-à-dire une fréquence réduite de trains sur la ligne.

Vers 8 heures, le manque de personnel a eu pour effet de bloquer la ligne. Un conducteur qui n’avait personne pour le relever a dû garer son train sur l’une des deux voies principales, toutes les autres positions de garage étant occupées.

Pour débloquer la situation et continuer à faire rouler les trains entre Carrefour-Pleyel et Porte-de-Paris, la RATP a mis en œuvre une procédure exceptionnelle qui permet de n’utiliser qu’une seule voie pour faire circuler les trains dans les deux sens. Pour cela, elle a fait fonctionner des appareils de voies, c’est-à-dire les aiguillages du métro.

Mais, ce jour-là, aux problèmes d’effectifs se sont ajoutés les problèmes techniques. L’aiguillage, qui normalement est commandé à distance, était en panne. Il a dû être manœuvré à la main, ce qui a retardé le mouvement des trains.

Cette situation ubues­que n’a duré qu’une heure. Mais faire circuler des trains sur une seule voie dans les deux sens, et en plus manuellement, nécessite la plus grande vigilance et peut déboucher sur une catastrophe à la moindre erreur. Au final, le service a été perturbé toute la matinée.

Au métro, il n’y a pas qu’à la conduite des trains qu’il manque du personnel. Le même problème se pose à la maintenance des voies, en station et dans bien d’autres secteurs. La direction de la RATP tire sur la corde pour accroître la productivité. Elle le fait sur le dos des travailleurs et au détriment des usagers.

Correspondant LO