L’armée française quitte le Mali, pas l’Afrique

17 Août 2022

Les derniers soldats français viennent de quitter Gao, leur dernière base militaire au Mali. Après neuf années, l’intervention militaire française se solde par un rejet violent de la part de la population du Mali et au-delà.

C’est François Hollande qui avait décidé en 2013 d’envoyer des centaines puis des milliers de soldats au Mali, pour défendre les intérêts des capitalistes français installés dans cette région de l’Afrique, comme l’impérialisme français le fait depuis 60 ans dans ses ex-colonies.

Ces dernières années, cette intervention militaire n’a en rien amélioré la situation de la population, ni fait reculer le terrorisme. Massacres, « bavures » : les populations du Mali, du Niger, du Tchad et d’ailleurs ont subi les conséquences de cette présence militaire. Et les manifestations contre l’impérialisme français se multiplient depuis plusieurs années.

C’est pourquoi les soldats de l’opération Barkhane quittent le Mali, aujourd’hui dirigé par une junte militaire qui s’appuie sur ce sentiment anti-­français. Mais il n’est pas question pour le gouvernement français de lâcher les intérêts de ses capitalistes dans ses ex-colonies. Il prépare donc un redéploiement de l’armée dans la région qui continuera à écraser les populations qui voudraient en finir avec les responsables de leur misère.

Marion AJAR