Les territoriaux contre le vol des congés : À Ploufragan

31 Mars 2021

Commencé le 19 mars, le mouvement de grève et d’actions contre le passage aux 1 607 heures annuelles continue parmi les employés municipaux de Ploufragan, près de Saint-Brieuc.

Après une semaine de grève et de débrayages quotidiens, ponctuée par des rassemblements devant les services de la mairie et une manifestation dans les rues de la commune, les propositions faites par le maire, apparenté PCF, ont été jugées insuffisantes. Il a confirmé la perte des congés d’ancienneté et a proposé, en échange, une revalorisation du régime indemnitaire de 50 euros net et une prime de 10 euros brut pour les postes de catégorie C dits à responsabilité. Les employés en catégorie C sont les plus nombreux et les plus mal payés. Depuis des années, ils n’ont quasiment pas été revalorisés.

Après une semaine de mobilisation, les grévistes ont considéré que c’était trop peu et, surtout, ils n’acceptent pas le chantage de la mairie, qui dit qu’aller au-delà des 50 euros aboutirait à augmenter les impôts de la population. Les grévistes ont fait leurs comptes. 60 heures de plus par agent et par an, multiplié par les 270 agents de la commune, cela équivaut à environ dix postes à temps plein. Si la mairie devait assurer ces postes supplémentaires par des embauches, cela lui coûterait beaucoup plus. Et puis, dans une période où le chômage explose, faire travailler plus les employés alors que tant de chômeurs attendent un emploi, c’est aberrant.

Les débrayages continuent donc. Une centaine d’employés municipaux y participent toujours, avec l’envie d’informer largement la population sur les raisons de ce mouvement de colère inédit à Ploufragan et de s’en faire une alliée dans le bras de fer qui est engagé avec la mairie.

Correspondant LO