Travailleurs de la santé : dans l’Aube

09 Décembre 2020

Le personnel du foyer André-Roche de Troyes dans l’Aube et celui de la maison d’accueil spécialisée (MAS)* de Brienne-le-Château ont ainsi manifesté le 3 décembre pour réclamer le même complément indiciaire (CTI) mensuel de 183 euros, perçus par leurs collègues de la santé et des Ehpad.

Au foyer André-Roche, géré par l’Association des paralysés de France (APF), la vingtaine de salariées se sont rassemblées le matin du 3 décembre jusqu’au début de l’après-midi pour exprimer leur colère, en brandissant des pancartes. Devant l’établissement, au bord de la rue, toutes les catégories de personnel – accompagnant éducatif et social, aide médico-psychologique, etc. – ont scandé des slogans comme « AES en détresse, AMP sous-payées ! » provoquant des klaxons appuyés et de fréquents gestes de solidarité des automobilistes.

Sur le temps de midi, le même jour, à Brienne-le-Château, une trentaine de salariées de la maison d’accueil spécialisée ont débrayé et manifesté pour les mêmes raisons devant la grille de l’établissement public de santé mentale de l’Aube (EPSMA), leur employeur, distant de 100 mètres à peine.

Tout le monde est en première ligne depuis le début de la Covid, aussi bien dans les hôpitaux, les Ehpad, que dans les structures du médico-social et d’aide à la personne. La différence de traitement imposée par le gouvernement est révoltante.

(*) MAS signifie bien Maison d’accueil spécialisée, contrairement à ce que nous avons indiqué dans Lutte ouvrière du 4 décembre. De même, les ESAT sont en fait des Établissements et services d’aide par le travail.

Avec nos excuses à nos lecteurs.

Correspondant LO