Étudiants étrangers : non à l’augmentation des frais d’inscription !

08 Mai 2019

Malgré l’opposition des enseignants et des étudiants ainsi que des présidents d’université, le gouvernement a publié les décrets d’application concernant l’augmentation des frais d’inscription des étudiants étrangers.

Jusqu’à présent, les étudiants payaient indistinctement les mêmes frais d’inscription. Mais à la rentrée prochaine, les étudiants non-ressortissants de l’UE devraient débourser 2 770 euros par an pour une inscription en licence et 3 770 euros en master, contre 170 euros et 243 euros actuellement. Cette mesure s’appliquera à tous les nouveaux arrivants extra-européens, hormis les doctorants.

Les universités ayant la possibilité d’exonérer de frais d’inscription, partiellement ou totalement, 10 % de leurs étudiants, d’ores et déjà une douzaine d’universités sur 70 ont décidé de ne pas appliquer cette hausse. Mais il ne peut s’agir que d’une solution provisoire, le volume d’étudiants étrangers augmentant chaque année.

D’autres universités appliqueront des exonérations au cas par cas, en fonction des revenus, du pays d’origine, de la filière choisie etc. D’autres encore, soucieuses d’augmenter leurs ressources propres en cette période de disette et peu gênées d’une telle discrimination, appliqueront cette mesure sans état d’âme.

Plusieurs associations, syndicats d’étudiants et d’enseignants appellent à continuer la mobilisation contre ces décrets iniques et ont fait un recours devant le Conseil d’État.

Il s’agit en effet d’une discrimination à la fois sociale et xénophobe, frappant en particulier les étudiants des anciennes colonies françaises d’Afrique.

Cette mesure fait partie d’un programme baptisé « Bienvenue en France » ! La bourgeoisie française a aussi peu de considération pour la notion d’hospitalité qu’elle n’en a pour les devises de liberté, d’égalité et de fraternité qui ornent encore ses édifices publics.

Christian BERNAC