Spie-Industries – Normandie : grève pour les salaires

21 Novembre 2018

Depuis le 9 octobre, les débrayages pour les salaires se succédaient chez Spie-Industries, à Cléon et au Havre. La semaine dernière, devant le mépris affiché de la direction, 80 % des 130 ouvriers sont passés à la vitesse supérieure et se sont mis en grève à l’appel de la CGT.

Ces ouvriers, spécialisés dans les installations et les bâtiments industriels, réclament entre autres des augmentations de salaire, un vrai treizième mois et des indemnités de déplacement qui couvrent réellement les frais qu’ils doivent supporter pour se rendre sur les chantiers.

Depuis le début de la grève, ils se rassemblent, un jour devant l’usine du Havre, un jour à Cléon, en s’adressant aux nombreux travailleurs qui passent.

À Cléon, mardi 20, ils occupaient le rond-point très passant devant Spie, qui se trouve aussi devant l’usine Renault. De nombreux travailleurs manifestaient leur sympathie, en venant discuter avec eux, en apportant des palettes ou en klaxonnant, car tous ont le même intérêt à imposer des augmentations de salaire.

La direction de Renault, elle, a cherché à éviter au maximum le contact entre les travailleurs de Renault et les grévistes de Spie… allant jusqu’à dévier la circulation !

Les patrons savent parfaitement que tous ces mécontentements qui s’expriment, dans les entreprises comme avec les salariés gilets jaunes, pourraient ensemble représenter un danger pour leur domination.

Correspondant LO