La Barre-Thomas – Rennes : Monopoly avec la peau des travailleurs

21 Novembre 2018

L’usine de la Barre-Thomas à Rennes, propriété du groupe Cooper Standard, va être vendue au groupe Continental.

C’est une usine spécialisée dans la fabrication de pièces antivibratoires pour l’automobile, en majorité destinées à PSA. En quinze ans, elle est passée de 3 000 salariés à moins de 500, intérimaires compris.

Depuis sa création en 1953, six requins se seront succédé aux commandes : Citroën puis PSA, CF Gomma, Silver Point, Cooper Standard et bientôt Continental. C’est par la presse que les travailleurs ont appris le nom du futur exploiteur. Cette méthode a choqué dans l’usine.

À propos de la vente, le DRH a déclaré sans rougir : « C’est ce qui est arrivé de mieux sur le site de Rennes depuis les vingt dernières années. » Pourtant, cinquante travailleurs doivent être mutés dans une usine ­Cooper située à Vitré, à quarante kilomètres de Rennes, et seront licenciés s’ils refusent !

Depuis l’annonce de la vente de l’usine, aucun politicien local ne s’est exprimé. Ce silence en dit long sur leurs liens avec les capitalistes, qu’ils subventionnent abondamment à coup d’argent public au nom de la sauvegarde de l’emploi !

Correspondant LO