Iveco Bus – Annonay : une grève partie de la base

21 Novembre 2018

Durant le week-end des 17 et 18 novembre, des centaines de personnes s’étaient relayées sur les ronds-points aux entrées d’Annonay en Ardèche et dans de nombreux villages alentour. Sur les barrages filtrants, le constat partagé par tous, salariés, retraités ou chômeurs, était qu’on ne s’en sortait plus.

Lundi matin, à l’usine Iveco bus d’Annonay, les discussions continuaient dans tous les ateliers. L’idée qu’il fallait faire quelque chose était dans les têtes. Des ouvriers ont alors interpellé les délégués en leur disant : « Il faut appeler à la grève. » Et dès que le syndicat CGT l’a fait, des ateliers se sont vidés, les ouvriers filant rejoindre les gilets jaunes en poste sur les ronds-points de la région. C’est là que les discussions se sont poursuivies entre travailleurs d’Iveco sur ce qu’il fallait faire ensuite. Certains se disant qu’il fallait continuer la grève. Plus tard, des ouvriers des équipes d’après-midi ont rejoint le mouvement.

La grève pourrait bien continuer, tant le mécontentement est grand contre la politique de Macron, contre les conditions de travail intenables et les salaires de misère.

Correspondant LO