Fret SNCF : ça roule… sur les routes !

18 Avril 2018

En octobre 2017, la direction SNCF démentait fermement toutes les rumeurs concernant la possible filialisation de Fret SNCF. Six mois après, il ne s’agit plus d’une rumeur, mais d’une annonce confirmée par le Premier ministre.

Dans le cadre du groupe actuel SNCF, Fret SNCF fait partie de SNCF Logistics. Sa filialisation, ou sa transformation en filiale de la SNCF, signifierait le passage sous statut privé et l’incertitude sur l’avenir de ses milliers de travailleurs.

Depuis dix ans, la SNCF n’a de cesse de démanteler ses activités, les unes après les autres, à commencer par celle du transport de marchandises.

Depuis 2008, des entreprises ferroviaires privées de fret concurrencent la SNCF sur son propre réseau. Parmi les premières à avoir circulé, on trouve la CFTA Cargo, filiale de la Connex, elle-même filiale de Veolia, c’est-à-dire de Vivendi. À côté de Fret SNCF, la société VFLI, créée par la SNCF en 1998 comme filiale SNCF de droit privé, transporte aussi du fret. On trouve également une autre filiale SNCF, dédiée à la location de matériel roulant aux industriels, Ermewa.

Bien d’autres entreprises ferroviaires de transport de marchandises circulent également, françaises ou étrangères, parfois sur de très petites portions de lignes, comme par exemple l’entreprise privée Mercitalia Rail qui transporte du fret entre Modane et la première gare italienne !

La dette de Fret SNCF est ici encore invoquée par le gouvernement pour liquider cette entreprise et, surtout, les travailleurs qui la font fonctionner.

Le fait est que cette politique d’abandon du transport de marchandises par la SNCF s’est traduite avant tout par une multiplication du nombre de camions sur les routes. La SNCF a d’ailleurs décidé en 2016 de racheter le premier transporteur routier, Geodis. Aujourd’hui, 87 % du transport de marchandises se fait par la route, et pour une bonne partie sous pavillon SNCF. La planète attendra...

Lucienne PLAIN