Quand il colle aux “valeurs de la démocratie”

14 Mars 2018

Lors de sa visite à Bénarès, la ville sacrée de la religion hindouiste, Macron était aux côtés du chef de l’État indien, Modi, hindouiste et nationaliste, mais aussi de Yogi Adityanath, le chef de l’État local, l’Uttar Pradesh. Ils s’exhibaient tous les trois dans une barque sur le Gange.

Yogi Adityanath est réputé pour son intégrisme et sa xénophobie dirigés contre les musulmans, qui représentent 20 % des 200 millions d’habitants de l’Uttar Pradesh. Il a multiplié les déclarations provocatrices : « Ceux qui s’opposent au yoga et refusent le salut au soleil doivent soit quitter l’Inde, soit se noyer dans l’océan. » Il a formé une milice antimusulmane qui s’est illustrée en attaquant des bouchers musulmans, qui abattent des vaches, sacrées pour les hindouistes. Dans tout le pays, les meurtres et lynchages de musulmans sont légion, et dans la quasi-totalité des cas la police ne fait rien, voire encourage les meurtriers.

Interrogé sur ce voisinage encombrant, Macron a déclaré « que ce serait une drôle de conception que de défendre la démocratie seulement quand elle colle avec nos valeurs ». Il faut donc croire qu’il défend l’étrange démocratie de ce type de fanatique religieux, pogromiste et meurtrier.

André VICTOR