Mayotte : mobilisation de la population

14 Mars 2018

La ministre des Outre-mer ne prévoyait pas de se rendre à Mayotte avant l’élection législative partielle des 18 et 25 mars. Elle y a finalement été expédiée le jour de la rentrée scolaire, lundi 12. Griveaux, le porte-parole du gouvernement, avait affirmé de façon péremptoire que la rentrée se ferait à la date prévue, sous-entendant que tous les protestataires seraient calmés.

Mais les barrages et les manifestations ont continué, la rentrée scolaire n’a pas eu lieu. La ministre venait répéter que des escadrons de gendarmes viendraient sécuriser l’île, qu’un patrouilleur de la Marine nationale ferait la chasse 24 heures sur 24 aux kwassas kwassas, ces embarcations de fortune empruntées par les Comoriens qui tentent de gagner Mayotte. Elle a aussi évoqué la possibilité d’instaurer un statut d’extraterritorialité à l’hôpital de Mayotte et à sa maternité, pour ne pas avoir à accorder la nationalité française, au titre du droit du sol, aux enfants de Comoriennes y ayant accouché.

C’est réduire volontairement aux questions d’immigration et de sécurité les revendications du mouvement. La population mobilisée exige le recrutement et la formation de centaines d’enseignants, de surveillants, de personnel technique et administratif, la construction d’établissements scolaires en nombre suffisant. Comme le demande le personnel enseignant et non enseignant, il faut que cessent les classes surchargées, il faut mettre fin à ce système inouï de cours par alternance, matin pour les uns et après-midi pour d’autres. De même, il est d’urgence vitale que les médecins, les sages-femmes, les infirmiers, les aides-soignants, les hôpitaux, les maternités, les centres de soins, les matériels, les médicaments, etc. soient en nombre suffisant.

C’est plus que nécessaire dans ce département laissé à la traîne par les différents gouvernements, depuis Sarkozy jusqu’à Macron en passant par Hollande ! Certains disent que le 101e département a cinquante ans de retard. Il apparaît que ce n’est pas en prétendant réduire la « pression migratoire », comme le font le gouvernement et divers politiciens, que ce retard sera rattrapé. Tous ceux qui désignent les Comoriens qui fuient la misère de leur pays pour espérer vivre un peu mieux à Mayotte comme les principaux responsables de l’insécurité trompent les classes populaires et cherchent à attiser la haine entre les Mahorais et leurs frères des autres îles des Comores. C’est l’impérialisme français qui, pour conserver une présence dans la région, a coupé Mayotte, dotée du statut de territoire français, des autres îles de l’archipel des Comores, transformant ainsi en étrangers les Comoriens qui ne sont pas nés à Mayotte. Mais tous sont victimes du même sous-développement résultant de plus d’un siècle de colonialisation française.

Mardi 13 mars, au deuxième jour de la visite ministérielle, la mobilisation n’avait pas faibli sur l’île, ce que montrait le nombre de manifestants à Mamoudzou et l’envahissement du conseil départemental. L’exaspération des manifestants a éclaté contre un sénateur et deux maires « dégagés » de la salle alors qu’ils préparaient une rencontre avec la ministre. « Nous venons virer les traîtres d’hier » criaient-ils, car la veille ces élus avaient accueilli la ministre en l’absence des leaders de la mobilisation, porteurs de revendications économiques et sociales.

Ce même jour, le 13 mars, un accord a été signé par des représentants des collectifs et de l’intersyndicale. Ils ont appelé à la suspension du mouvement et à la levée des barrages.

Le poison du racisme d’État contre les Comoriens, visant à détourner la colère, n’a pas pu étouffer la mobilisation de la population sur le terrain social. C’est un acquis à préserver, car seule une lutte unie de tous les opprimés leur permettra de mener le combat contre la misère et ses conséquences.

Émile GRONDIN