Industrie pharmaceutique : la drogue des profits tue

09 Août 2017

Drogués sans le savoir… une enquête de l’Inserm, l’Institut national de la santé et de la recherche médicale, tire la sonnette d’alarme : en dix ans, les cas d’overdose aux dérivés de l’opium ont subi une hausse de 128 % en France. Or, les victimes n’étaient pas pour la plupart des malades toxicomanes mais des patients atteints de douleurs chroniques auxquels des antalgiques contenant des opiacés avaient été prescrits.

Ces données indiquent une tendance qui, aux États-Unis, a déjà conduit à une crise sanitaire majeure. Et il y a de quoi s’inquiéter car, si la raison première de l’épidémie d’overdoses opiacées outre-Atlantique est la rapacité de l’industrie pharmaceutique, elle sévit aussi bien des deux côtés de l’océan.

Pour que les industriels de la pharmacie fassent des produits dangereux que sont l’opium et ses dérivés une source de profits considérables, il fallait créer les conditions médicales d’un élargissement considérable du marché. Et cela bien au-delà des toxicomanes qui en étaient jusque-là les principaux consommateurs. Ce business plan, comme on dit dans les conseils d’administration de ces grands groupes, a plus que bien fonctionné aux États-Unis, jusqu’à la catastrophe annoncée, et à présent il est hors de contrôle.

Lancée au début des années 1990, la campagne s’est adressée aux patients douloureux chroniques. Plus de cent millions d’Américains se plaignent d’un mal de dos, il était tentant de leur faire prendre à tous de la morphine, ou plutôt un composé, certes bien plus cher, mais décrit comme ne présentant pas les mêmes risques de dépendance et d’overdose.

Que ces prétentions ne reposent sur rien, les industriels le savaient. Ils étaient même prêts à payer lorsqu’ils se faisaient pincer pour publicité mensongère, ce qui est arrivé à la société Purdue, qui produit l’Oxycontin. Mais que représentent quelques centaines de millions de dollars d’amende quand ces traitements rapportent des milliards !

Les industriels ont donc poussé, de façon systématique et insistante, les médecins américains à prescrire ces antidouleurs. Au point que leur vente, et bien sûr les revenus qu’en tire l’industrie, ont presque quadruplé entre 1999 et 2010. En 2012 aux États-Unis, il y a eu plus de 259 millions de telles prescriptions, soit environ une par adulte. Dans certains États, notamment dans les régions industrielles de la Rust Belt dévastées par la crise, la consommation dépasse même une prescription par habitant, tous âges confondus.

Le nombre de ces nouveaux toxicomanes a explosé aux États-Unis : on en compte près de 25 millions, dont 90 % n’ont pas accès aux traitements de désintoxication, le plus souvent faute de couverture sociale. Et les morts par overdose d’opiacés occupent désormais la toute première place des causes de décès accidentels dans ce pays, avec plus de 52 000 morts, loin devant les accidents de la route (38 000) !

Les mafieux s’enrichissent de façon colossale en inondant le monde avec des drogues dures. Le fait que des capitalistes agissent de même sous le couvert légal de l’industrie pharmaceutique ne les rend ni plus respectables, ni moins dangereux.

Hugues JACKSON