Bourg-en-Bresse : mise à la porte pour un parapluie

24 Août 2016

Un jour de pluie d’avril 2012, une employée de l’Office public de l’habitat de l’Ain ramasse un parapluie cassé qu’elle pense abandonné, dans le hall d’entrée de l’immeuble, à Bourg-en-Bresse. Après la plainte d’une autre employée, les caméras de vidéosurveillance permettent d’identifier la voleuse involontaire. Elle reconnaît les faits, en est désolée et propose de racheter un parapluie. Rien n’y fait : elle est licenciée pour faute grave. Après des années de procédure, en juillet dernier, la Cour de cassation a confirmé que le licenciement était abusif.

Depuis quatre ans, la salariée licenciée va de période de chômage en emploi précaire. Parce que, même si les patrons se plaignent de ne pas pouvoir licencier, ils ont en réalité toute latitude de le faire. Dans les entreprises, la seule loi qui s’applique c’est la leur, comme l’illustre cette sinistre affaire.

Michel BONDELET