Adama Traoré : première victoire pour la famille

24 Août 2016

La mobilisation de la famille Traoré qui exige, depuis la mort d’Adama Traoré, la vérité sur les causes de sa mort, a permis une première petite victoire puisque le procureur général de Versailles envisage un dépaysement de l’affaire. De ce fait, ce ne serait plus le procureur de Pontoise qui instruirait l’affaire.

La mort du jeune homme, alors qu’il était aux mains de la gendarmerie, avait soulevé la colère de ses proches et provoqué des émeutes à Beaumont- sur-Oise. Et les déclarations pour le moins partielles, voire mensongères, du procureur de Pontoise ont contribué à jeter de l’huile sur le feu. Dans un premier temps, il a mis en avant des lésions dues à une infection grave qui auraient pu entraîner la mort – ce qui s’est révélé faux – mais a omis à deux reprises une conclusion de l’autopsie mettant en avant un syndrome asphyxique : le jeune homme serait mort parce qu’il était privé d’oxygène.

Les témoignages des gendarmes, qui ont affirmé s’être mis à trois sur le jeune homme pour le maîtriser, corroboraient plutôt cette version. Mais le procureur s’est gardé d’en faire état. Pire, ce dernier a déclaré que le prévenu avait consommé du cannabis probablement « une à deux heures avant l’interpellation », alors que les expertises montrent qu’Adama Traoré n’avait consommé ni drogue ni alcool. Le procureur s’est donc ingénié à discréditer le prévenu et à blanchir les forces de l’ordre. L’avocat de la famille a demandé le transfert dans une autre juridiction. Le supérieur du procureur a accédé à cette demande et va saisir la Cour de cassation dans ce sens.

Rien ne garantit qu’une autre juridiction soit prête à faire la lumière sur la mort d’Adama Traoré. Mais c’est un premier pas pour la famille.

Aline URBAIN