Une nouvelle déclaration de guerre de Sarkozy au monde du travail

01 Février 2012

Dimanche soir, Sarkozy a fait mine de s'occuper des travailleurs licenciés... pour mieux les attaquer. Une partie de l'objectif était déjà connue : les cotisations patronales seront généreusement réduites et la TVA sera augmentée de 1,6 point. Autrement dit, le pouvoir d'achat des salariés, des retraités et des chômeurs diminuera. Et les profits augmenteront d'autant.

La deuxième annonce était peut-être encore plus antiouvrière : les entreprises sont invitées à mettre en oeuvre des « accords de compétitivité ». Autrement dit, les patrons pourront, au nom de la concurrence et par le chantage aux licenciements, imposer à leurs salariés une hausse du temps de travail, une baisse des salaires, ou les deux à la fois.

Sarkozy n'en a peut-être plus pour très longtemps à l'Élysée, mais le président des riches aura vraiment tout fait pour servir sa classe jusqu'au dernier euro. Quant à nous, les travailleurs, il nous faudra riposter comme il se doit dans la rue, dans les entreprises, dans les luttes, pour déjouer cette nouvelle offensive au service du patronat.

Communiqué de Nathalie Arthaud, le 30 janvier 2012