Péages d'autoroutes : les détrousseurs de grands chemins

01 Février 2012

Depuis le 1er février les péages des autoroutes ont augmenté en moyenne de 2,5 %. Cette hausse déjà supérieure à l'inflation officielle, s'ajoute aux augmentations des années précédentes.

Les autoroutes du pays n'étaient que très partiellement privatisées avant 2005. Mais cette année-là, sous le gouvernement de Villepin, la majeure partie a été privatisée ce qui a permis au gouvernement de l'époque de boucler ses comptes. En même temps elles ont été bradées (pour 14 milliards alors qu'elles étaient estimées en valoir 24) à des sociétés privées qui pratiquent, sous un vague contrôle de l'État, des tarifs prohibitifs.

Ces sociétés auraient ainsi gagné 5 milliards d'euros entre 2005 et 2010. Non seulement elles augmentent sans vergogne les tarifs mais utilisent des subterfuges comme celui qui consiste à augmenter davantage les tronçons les plus fréquentés et moins les autres. Ou encore, en échange d'un prolongement de la durée des concessions, elles daignent rénover quelques aires de repos ou économiser des rejets de CO2 en mettant en place des télépéages qui diminuent les bouchons (et donc la pollution) et permettent en même temps des diminutions de personnel !

Le résultat, c'est qu'avec la complicité de l'État, le secteur privé s'en met plein les coffres en détroussant les automobilistes.

André VICTOR