Télécoms : les abonnés rançonnés

20 Avril 2022

Les trois grands opérateurs des télécoms en France, qui regroupent des dizaines de millions d’abonnés téléphoniques, se portent bien, et même très bien.

Orange annonce avoir à sa disposition 2,9 milliards de liquidités en 2022, que la société pourra utiliser à sa guise pour toute opération d’achat ou spéculative. Altice-SFR annonce un résultat d’exploitation de 4,127 milliards d’euros, avec au passage un nouveau redressement fiscal de 420 millions d’euros, une somme escroquée à ses clients en leur faisant payer une TVA au prix fort alors qu’elle déclarait à l’État la TVA réduite dont bénéficie la presse. Quant à Bouygues Telecoms, son chiffre d’affaires a progressé de 4,4 %, mais sa rentabilité, elle, a progressé de 7 %, avec 1,1 milliard de bénéfice net déclaré.

On aurait pu penser que ces trois groupes richissimes, forts de leurs bons profits, auraient fait un geste en direction de leurs dizaines de millions de clients. Mais s’ils font un geste, c’est en sens inverse. Tous les trois se sont arrangés pour augmenter de façon directe ou indirecte le prix des abonnements. Au mieux, c’est en y ajoutant de force des services inutiles : si le client ne fait pas savoir explicitement son refus, il en bénéficie et les paye d’office un ou deux mois plus tard. Cela ressemble à du racket, et c’en est bien un.

Les gouvernements avaient osé dire que la saine concurrence entre les opérateurs téléphoniques ferait automatiquement baisser les prix payés par les clients. Au contraire, ils s’entendent comme larrons en foire pour les rançonner.

Paul SOREL