LREM : députés dépités

19 Mai 2020

Mardi 19 mai une vingtaine de députés, pour la plupart macronistes ou ex-macronistes, devaient former un nouveau groupe à l’Assemblée.

L’intitulé du nouvel ensemble, Écologie, Démocratie et Solidarité, ne renseigne absolument pas sur un éventuel programme politique. Mais il n’y a probablement rien à dire sur ce terrain si ce n’est que tous les politiciens sont désormais écologistes, que tous se sont toujours prétendus démocrates et que la solidarité proclamée n’a jamais fait de mal à personne. Quand on vient d’un parti lancé comme une marque de lessive et sobrement intitulé En Marche, aucun mot creux ne peut effrayer.

Le fond de l’affaire est assez banal. Beaucoup espéraient faire carrière en prenant la roue de Macron, mais cherchent désormais un autre leader pour la prochaine saison, voilà tout. En revanche, ces départs font que le groupe des députés de LREM perd la majorité absolue. Ils devront désormais compter sur leurs alliés. Cela n’empêchera pas le président et son gouvernement de faire passer les lois qu’ils jugent nécessaires au bon déroulement des affaires des possédants, soit en trouvant une majorité de circonstance, soit en se passant de l’avis des parlementaires comme la Constitution en fournit maintes possibilités.

Ces défections n’en sont pas moins le signe d’un affaiblissement politique de Macron, puisqu’il n’arrive pas à convaincre ses propres députés qu’il peut leur offrir un avenir. Leur attitude, le fait qu’ils préfèrent aller chercher fortune ailleurs, illustre à sa façon qu’ils ressentent au sein de la population le désaveu de la politique présidentielle, le rejet même que suscite sa personne. Il ne leur suffira pas de prendre leurs distances d’avec Macron pour ne pas être atteints.

P. G.