Nos lecteurs écrivent : la grande misère des hôpitaux

05 Mai 2020

Ma mère, âgée de 93 ans, a dû être admise aux Urgences de l’hôpital Avicenne de l’AP-HP à Bobigny en Seine-Saint-Denis fin avril. L’accueil y est commun à toutes les urgences, aucune séparation Covid et non Covid à l’arrivée.

Du gel à l’entrée ? Aucun. Des masques ? Aucun. Du savon dans les toilettes les plus proches pour les accompagnants ? Pas plus ! Une fois l’admission faite, un scanner est réalisé systématiquement pour dépister les Covid et les non Covid qui sont séparés seulement ensuite. Ce lundi 27 avril, les urgences n’étaient pas saturées.

Comme tous les résidents des maisons de retraite, ma mère est confinée en chambre depuis la mi-mars pour échapper au Covid. On prend des grandes mesures de confinement mais on est incapables de fournir savon, gel et masques. Cette situation dans un grand hôpital d’Île-de-France en dit long sur la situation dramatique des hôpitaux et l’impréparation des pouvoirs publics pour faire face à l’épidémie. Une situation que tous les discours gouvernementaux ne peuvent masquer.

EH