La solidarité et ceux qui en profitent

05 Mai 2020

« Tout travail mérite salaire. Les couturières ne se laisseront pas faire ! », proclame le collectif de couturières volontaires Bas les masques.

Partout dans le pays des milliers de femmes, et quelques hommes, ont été sensibles aux appels à la solidarité et ont mis leur talent en couture au service de la collectivité.

Dans une période de pénurie, causée par l’imprévoyance des gouvernements, elles ont cousu des masques à domicile, sans compter leurs heures de travail, pour équiper les soignants et les personnes fragiles.

À présent que les masques se vendent dans le commerce, le collectif réclame qu’elles soient payées par les grandes entreprises et les mairies qui ont fait appel à leur bonne volonté, sans jamais envisager de les embaucher.

De son côté, le gouvernement, bien content que de telles initiatives aient un peu pallié ses manquements, n’a rien prévu pour indemniser ces travailleuses, lui qui a su sortir immédiatement des milliards pour sauver la mise au grand patronat.

Lucien DÉTROIT