Pompiers : les raisons de la colère

29 Janvier 2020

Des milliers de pompiers professionnels ont manifesté le 28 janvier à Paris. Certains ont bloqué le périphérique. Cette manifestation nationale en uniforme, qui a affronté les gaz lacrymogènes de la police, fait suite à d’autres qui se succèdent depuis des mois.

Comme les autres salariés, les pompiers rejettent toujours la réforme des retraites bien que leurs mobilisations leur a valu l’assurance du gouvernement que leur âge de départ à 57 ans ne sera pas remis en cause.

Mais les 40 000 pompiers professionnels du pays – hors militaires et volontaires – protestent aussi contre la faiblesse de leurs salaires, surtout en regard de leurs horaires de travail et des risques auxquels ils sont exposés. Certains syndicats revendiquent une revalorisation de 150 euros par mois.

D’autres veulent une hausse de la prime de feu qui est bloquée depuis de nombreuses années et n’est pas harmonisée sur tout le territoire, les départements étant les employeurs des pompiers des SDIS (services départementaux d’incendie et de secours). À l’issue de cette journée de mobilisation, le gouvernement a concédé une hausse de 6 points de cette prime calculée en pourcentage du salaire. Ce qui bénéficiera surtout aux officiers les plus gradés.

La question des effectifs est aussi une des raisons de la colère des pompiers qui dénoncent l’augmentation du nombre de leurs interventions alors que les autorités ne veulent pas embaucher.

Dans ce secteur aussi les gouvernants cherchent à faire des économies, quitte à jouer avec la vie des pompiers ou de ceux qu’ils secourent.

Lucien DÉTROIT