L’arène de l’ARENH

29 Janvier 2020

Jusqu’à présent, EDF avait l’obligation de vendre à ses concurrents le quart environ de sa production d’origine nucléaire, soit 100 térawattheures, au prix de 42 euros le mégawattheure. La direction d’EDF n’a cessé de se plaindre de cette obligation et surtout de ce tarif jugé trop bas, qui la ruine au profit de ses concurrents. Ce système s’appelle l’ARENH, Accès régulé au nucléaire historique.

Mais maintenant les choses sont en train de changer : c’est la presque-totalité de la production nucléaire (360 térawattheures) qu’EDF aura l’obligation de vendre si les alternatifs le lui demandent. Mais en revanche les tarifs seront relevés : il n’y aura pas de prix fixe, mais un « corridor de tarifs », entre 42 et 48 euros le mégawattheure, fixé par la CRE, Commission de régulation de l’énergie, ce qui reste encore intéressant pour les fournisseurs alternatifs.

C’est un marchandage pour savoir de quelle façon détrousser les consommateurs en assurant la meilleure répartition entre ceux qui les détroussent.

A.V.