Lannion : C’est pas dans les salons...

29 Janvier 2020

Après une manifestation regroupant 700 participants le 24 janvier au matin à Lannion, dans les Côtes-d’Armor, l’intersyndicale CGT, FO, Solidaires, FSU, gilets jaunes a pris la décision de finir la journée par un défilé aux flambeaux puis de se rendre aux vœux du président de l’agglomération, Joël Le Jeune, qui recevait dans les salons.

L’objectif était d’obtenir une réponse au courrier qui avait été envoyé à tous les maires, leur demandant de se positionner par rapport à la réforme des retraites, courrier auquel aucun d’entre eux n’avait répondu.

Devant la salle des Ursulines, l’entrée était défendue par un cordon de police stoppant les manifestants dans leur progression. Devant le tumulte des contestataires, le président accompagné de quatre élus a dû venir à leur rencontre. Il s’en est suivi un dialogue de sourds à la fin duquel M. Le Jeune a conseillé aux manifestants de négocier. Il a dit aussi qu’il était prêt à rencontrer une délégation dans les prochains jours…

Sa réponse était accueillie par des huées et les cris des manifestants qui scandaient : « Retrait, retrait, un point c’est tout, augmentation générale des salaires et des pensions. »

Pendant ce temps d’autres manifestants réussissaient à s’introduire dans les cuisines, accueillis chaleureusement par le personnel assurant le service de la soirée. Le groupe d’une cinquantaine de personnes s’engouffrait alors dans la salle de réception en scandant « Retrait, retrait du plan Macron », interrompant l’orchestre et ces messieurs-dames fort surpris. Décision fut prise et annoncée par mégaphone de faire passer parmi les invités le drapeau pour la caisse de grève. La somme récoltée a été de zéro euro.

Certains ont alors réalisé une chorégraphie sur une chanson contestataire, une danse très applaudie… par les manifestants, avant que ceux-ci, non sans avoir dégusté les petits fours et bu une coupe de champagne, décident de quitter les lieux tous ensemble, laissant les élus à leurs agapes.

La traversée de la salle s’est faite en entonnant fièrement le chant des gilets jaunes accompagné par l’orchestre, solidaire de l’action menée.

Rendez-vous a été pris pour les jours suivants, et notamment la prochaine journée d’action du 29 janvier.

Correspondant LO