Chômage : ça ne baisse vraiment pas !

20 Novembre 2019

Selon les chiffres que vient de publier l’Insee, le taux de chômage est en hausse de 0,1 % au troisième trimestre 2019, et s’établit à 8,6 % de la population active.

Cela rend plus évident le mensonge du gouvernement qui prétend que la situation de l’emploi s’améliore en s’appuyant sur des chiffres officiels en légère baisse. Limitée à 0,5 % sur l’année, cette diminution s’explique en partie par des radiations abusives de Pôle emploi.

Mais même les chiffres les mieux trafiqués ne peuvent masquer que les grandes entreprises continuent à licencier par milliers, chez General Electric, Michelin, dans la grande distribution par exemple, tandis que les services publics suppriment des postes, et que les fins de mission de nombreux intérimaires dans l’industrie sont des licenciements déguisés. Quant aux créations, qui correspondraient à 804 000 emplois supplémentaires en six ans, il s’agit surtout, quand ils existent vraiment, d’emplois peu qualifiés, peu payés, et souvent extrêmement précaires, comme le reconnaît le journal Les Échos lui-même.

Tout cela n’empêche pas Muriel Pénicaud d’affirmer que « la dynamique de création d’emplois est très forte ». Pour justifier sa réforme de l’indemnisation chômage, le gouvernement veut faire croire que le chômage est en train de diminuer, et qu’en supprimant ou en diminuant les indemnités de centaines de milliers de chômeurs, il va les pousser à rechercher plus activement un emploi, dans un contexte où les entreprises chercheraient à recruter.

Une fausse baisse, mais une vraie attaque contre tous les travailleurs.

Hélène COMTE