Cela se passe comme ça aussi à Tenon

11 Septembre 2019

À Tenon, comme à Lariboisière, après leur accouchement, les femmes précaires ne sont pas gardées à la maternité mais autorisées à rester dans la salle d’attente pendant un mois pour ne pas retourner à la rue, faute de place dans les centres d’hébergement.

La moindre des choses serait que ces femmes qui viennent d’accoucher puissent dormir dans un lit, dans une chambre.

Ce n’est pourtant pas la place qui manque dans l’hôpital, à commencer par le 3e étage de la Maternité qui est vide.
 

Hôpital Tenon Paris