La Poste – Paris La Chapelle : la réorganisation ne passe pas

17 Octobre 2018

Profitant de la journée du mardi 9 octobre, le personnel du centre postal de La Chapelle à Paris s’est mis en grève jusqu’au lundi suivant.

Depuis le 17 septembre, les travailleurs de ce centre étaient soumis à une énième réorganisation particulièrement importante, avec des effectifs encore diminués et des tournées allongées pour les facteurs. Le courrier de chaque jour ne pouvait pas être entièrement distribué et s’accumulait. Tout allait à vau-l’eau.

Même le matériel ne suivait pas. Des facteurs étaient contraints de trier et de préparer leur tournée à même le sol dans des petits locaux de fortune extérieurs au centre, dénommés îlots par La Poste. Il y eut même une tentative de faire sortir des facteurs avec 180 recommandés en sacoche. Trop c’était trop ! Tous les services étaient touchés d’une manière ou d’une autre, et se mirent donc dans le mouvement.

Cette situation n’a rien d’exceptionnel ni de local. La Poste a programmé de longue date pour l’ensemble des centres parisiens les mêmes réductions de personnel, fermetures de locaux et de services, les mêmes diversifications et amplitudes aggravantes des horaires de travail, étalés du lundi matin au samedi soir. À tout cela s’ajoute la distribution des imprimés publicitaires effectuée jusqu’à présent par Mediapost, une filiale de La Poste, dont les salariés perdraient leur emploi. Tout cela est inadmissible.

Face à ce mouvement, la direction a quand même dû faire mine de céder un peu. Il y aura quatorze travailleurs en CDD en renfort jusqu’au 31 décembre, la situation devant être normale à cette date d’après elle. Le nombre de recommandés à présenter serait limité à quinze pour les îlots jusqu’au 31 décembre. La distribution des imprimés publicitaires prévue pour le 15 octobre sera effectuée en dehors des tournées régulières par du personnel temporaire jusqu’au 15 décembre. De même pour les paquets.

De l’avis général, cela ne règle rien, mais au moins les grévistes ont montré leur volonté de ne pas subir sans mot dire. Les postiers de La Chapelle ont eu aussi la visite imprévue et réconfortante d’une vingtaine de collègues des Hauts-de-Seine, eux aussi en grève depuis longtemps, venus apporter leur encouragement. Ils ont été chaleureusement applaudis.

Tous les postiers sont traités de la même manière par la direction. Ils ont toutes les raisons de réagir ensemble.

Correspondant LO